Après les excellents «La fille du 14 juillet» et «La loi de la jungle», Antonin Peretjatko revient dans les salles avec un film adapté de la très courte nouvelle «Il faut un héritier» de Noëlle Renaude parue dans le magazine «Bonne soirée».

Tout commence quand Ava (Anais Demoustier), belle et naïve jeune femme, véritable ersatz de Madame Bovary, rencontre par hasard Paul (Philippe Katerine), cinquantenaire naïf et immature, mais riche héritier de la famille Château Têtard. Les deux s’épousent contre l’avis de la mère acariâtre de Paul (Josiane Balasko) qui n’apprécie guère les origines modestes de sa nouvelle bru, d’autant plus que celle-ci commence à s’ennuyer de son mari…

Abandonnant le rythme pour le moins effréné de ses deux premiers longs-métrages, Peretjatko adopte ici une cadence plus classique, laissant respirer ses plans et son scénario, et met ainsi en valeur un casting de qualité. Pour le mieux ?

Malgré une cinématographie soignée et efficace, l’écriture par moment grossière du réalisateur empêche l’inspiration théâtrale du film de réellement fonctionner, et laisse donc le spectateur frustré. L’interprétation des actrices et acteurs, jouant comme sur une scène, est desservie par des dialogues manquant de finesse, et la critique trop caricaturale de la riche famille peine à convaincre. Les quelques traits d’humour ingénieux, perdus dans la lourdeur de l’ensemble, sont trop rares pour faire oublier la facilité dans laquelle le film semble continuellement tomber.

Finalement, « La pièce rapportée » déçoit, tant tous les ingrédients étaient réunis pour espérer une réalisation plus réussie.

– Illustration par : Nada Al-Ahmadi
Catégories : Critique de film